Conférenciers-ères 2022

fawzia Koofi photo_SQUARE
Fawzia Koofi, Movement for Change Afghanistan Leader

Fawzia Koofi était membre de l’équipe de négociation pour la paix représentant la République islamique d’Afghanistan. Fawzia a été la première femme élue à titre de deuxième vice-présidente du Parlement dans l’histoire de l’Afghanistan. Elle a déposé de nombreuses lois progressistes protégeant les femmes et les enfants, y compris une loi sur la violence contre les femmes, une loi contre le harcèlement des femmes et des enfants et une loi sur les enfants. Elle a fait la promotion de l’éducation des femmes et des filles, en préconisant leur accès à de bonnes écoles, ainsi que de la création d’opportunités d’éducation non formelle dans la province de Badakhshan. Elle est titulaire d’un baccalauréat de la faculté de droit et de science politique de l’Université de Kaboul et d’une maîtrise en relations internationales et droits de la personne de l’École de diplomatie de Genève. En 2021, les Talibans l’ont mise en résidence surveillée dès qu’ils ont pris Kaboul, mais elle a finalement réussi à fuir l’Afghanistan. Elle est maintenant la dirigeante d’un nouveau parti politique appelé Mouvement pour le changement en Afghanistan. Elle continue de faire pression pour la pleine protection des droits des femmes et de mettre en garde les dirigeants mondiaux par rapport aux conséquences en matière de sécurité si on ignore les femmes et la population en Afghanistan. Elle a été nommée comme candidate au prix Nobel de la paix en 2020.

Andrea Paras_1 (1)
Andrea Paras, Professeure agrégée, département de science politique, Université de Guelph

Andrea Paras est professeure agrégée au département de science politique de l’Université de Guelph. Elle a mené des recherches sur l’histoire et la politique de l’humanitarisme, y compris Moral Obligations and Sovereignty in International Relations : A Genealogy of Humanitarianism (Routledge, 2019). Ses recherches actuellement financées par le CRSH portent sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le secteur de l’aide internationale canadienne, en mettant l’accent sur la façon dont les petites et moyennes ONG se sont adaptées à la pandémie. Dre Para enseigne et supervise dans le domaine du développement international, des relations internationales, des droits humains, de la religion et de la politique, de la recherche communautaire, et de la compétence interculturelle.

Heather Dicks, Candidate au doctorat, Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador

Heather Dicks est candidate au doctorat au département de sociologie de l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador ; et ses recherches actuelles sont axées sur le lien entre le développement international et la migration. Avant de commencer son doctorat, Heather a passé plus d’une décennie à travailler dans le domaine du développement international. Elle a notamment travaillé avec le gouvernement canadien, les Nations Unies et plusieurs organisations non gouvernementales. Heather travaille actuellement avec l’Université de Guelph à titre d’adjointe à la recherche dans le cadre d’un projet de recherche financé par le CRSH qui explore les répercussions de la COVID-19 sur les petites et moyennes organisations travaillant dans le secteur de l’aide internationale au Canada.

Deena Watson, Responsable de la gouvernance autochtone, VIDEA

Deena Watson (elle) est responsable de la gouvernance autochtone chez VIDEA, une organisation basée sur les terres traditionnelles et non cédées du peuple lək̓ʷəŋən. Elle est une femme fière Nêhiyaw, Anishinaabe et écossaise de Mistawasis Nêhiyawak sur le territoire du Traité 6 et de la Nation Muscowpetung Saulteaux sur le territoire du Traité 4. Deena termine actuellement sa majeure de baccalauréat en études autochtones à l’Université de Victoria. Ses passions s’articulent autour des connaissances traditionnelles, du bien-être holistique, du développement communautaire et du soutien à la théorie de l’intersectionnalité des féminismes autochtones qui pratiquent la décolonisation, la souveraineté autochtone et les droits humains pour toutes les femmes autochtones et leurs familles.

marie-meloche
Marie Meloche, Gestionnaire de programmes, Jane Goodall Institute of Canada

Marie Meloche travaille avec le Jane Goodall Institute of Canada (JGI) en tant que gestionnaire des programmes. Marie a travaillé avec des organisations de la base, des ONG locales et internationales au Canada et au Moyen-Orient avant de rejoindre l’équipe de JGI en 2018. En tant que responsable des programmes, elle soutient la mise en œuvre de projets de conservation centrés sur la communauté en Afrique et au Canada. Elle croit que la clé du développement durable est de construire des partenariats significatifs avec les communautés et les acteurs locaux, avec les femmes au centre des stratégies de développement menées localement.

Morgan Wienberg headshot (1)
Morgan Wienberg, Défenseure des enfants et de la famille, conférencière et animatrice. Cofondatrice et directrice générale de Little Footprints Big Steps

Depuis plus d’une décennie, Morgan Wienberg vit en Haïti, apprenant des leçons précieuses sur l’aide humanitaire et le développement international grâce à des expériences directes sur le terrain. Originaire de Whitehorse, au Yukon, Morgan a été attirée en Haïti à la suite du tremblement de terre de 2010. En 2011, elle a cofondé l’organisation Little Footprints Big Steps, travaillant avec des collègues et des autorités locales pour réunir les enfants avec leur famille — et renforcer l’autosuffisance de ces familles. À travers ses interventions et ses activités de plaidoyer, Morgan s’efforce de sensibiliser l’opinion publique à l’importance de garder les enfants dans leur famille, à d’autres questions relatives aux droits des enfants et à la manière d’assurer l’efficacité de l’aide internationale. Morgan a pris la parole à l’Assemblée jeunesse des Nations Unies et à de nombreuses autres conférences à travers le monde. Son travail a été reconnu par de nombreux prix, dont la médaille de la Croix du service méritoire du Canada. www.morganwienberg.com

Amy Lennon, Coproductrice numérique, documentaire Not About Me

Amy possède un diplôme en journalisme, plus de 25 ans d’expérience dans l’industrie et une passion pour le partage d’histoires qui peuvent favoriser le changement social. Elle a notamment travaillé comme productrice interactive principale pour Knowledge Network (radiodiffuseur éducatif public de la Colombie-Britannique) et comme productrice principale pour les plateformes de financement de CineCoup Media, TELUS Storyhive et CBC. Amy a passé une grande partie des deux dernières années à créer une campagne d’impact éducatif pour le documentaire indépendant, Not About Me. L’initiative fournit des ressources pédagogiques pour explorer des idées sur la justice sociale, l’aide humanitaire et le volontariat éthique à l’étranger, en mettant l’accent sur les droits des enfants et la préservation de la famille.

amylennon.com

Kelly Milner, Productrice et réalisatrice du documentaire Not About Me

Kelly a grandi au Yukon et a travaillé dans le Nord comme journaliste avant de se tourner vers la mise en œuvre de revendications territoriales et la cogestion de la faune. Pendant près de deux décennies, elle a dirigé des ONG, des programmes et des projets gouvernementaux avant de revenir à ses racines de narration et de lancer Shot in the Dark Productions, une entreprise de médias et de communications qui crée un impact significatif par le biais de la narration. Elle est maintenant productrice, réalisatrice et écrivaine, et ses documentaires ont remporté de nombreux prix nationaux et internationaux. Not About Me est son premier long métrage documentaire.

shotinthedarkmedia.com

Headshot 2 (1)
Lili Coyes-Loiselle, Gestionnaire de l’engagement et de la réconciliation avec les jeunes autochtones, VIDEA

Lili (elle) travaille chez VIDEA en tant que gestionnaire de l’engagement et de la réconciliation avec les jeunes autochtones, où elle a le privilège d’animer et de collaborer à plusieurs programmes de VIDEA, y compris le programme Cwelelep — programme des voyages du cœur, les stages internationaux pour les jeunes autochtones, et le projet de sensibilisation à la traite des êtres humains « Silenced and Stolen ». Née et élevée sur le territoire du Traité 6 à Amiskwacîwâskahikan ou Edmonton (Alberta), elle est une fière membre de la Nation Métis de l’Alberta. Lili est passionnée par les questions liées aux inégalités de genre, à la justice climatique, à la violence coloniale et aux intersections entre elles.

sarah danks
Sarah Danks, Agente de communication et de collecte de fonds, VIDEA

Sarah Danks est l’agente de communication et de collecte de fonds de VIDEA. Elle a commencé à VIDEA comme étudiante à l’été 2016. Sarah dirige la collecte de fonds annuelle de VIDEA, le Défi de la solidarité mondiale, et fait partie de l’équipe d’éducation et d’engagement. Elle gère également les médias sociaux de VIDEA. Sarah possède un baccalauréat en psychologie avec une mineure en communication professionnelle de l’Université de Victoria et elle vit sur les territoires traditionnels et non cédés du peuple parlant Lək̓ʷəŋən (également connu sous le nom de Victoria, en C.-B.). Sarah est passionnée par l’apprentissage, les droits humains, la photographie et l’accessibilité.

Christina MacIsaac Photo for Spur
Christina MacIsaac, Directrice de l'Innovation pour le Fonds d'Innovation et de Transformation (FIT)

Christina MacIsaac (elle) apporte une vaste expérience à son rôle de directrice de l’innovation pour le Fonds pour l’innovation et la transformation. Consistant en une initiative pancanadienne d’innovation du RCC à l’appui des PMO, le programme a été lancé en 2019. Avant FIT, Christina a travaillé dans l’investissement communautaire avec une compagnie d’assurance mondiale et s’est largement engagée avec le secteur caritatif à travers le Canada sur des questions allant de la santé psychologique et du bien-être à la responsabilité sociale et la durabilité. Ancienne participante de Jeunesse Canada Monde, Christina est ravie de faire partie de cette initiative passionnante du secteur avec son équipe enthousiaste.

Lorraine Swift Photo For SPUR
Lorraine Swift, Directrice exécutive, Change for Children (CFC)

Célébrant le 20e anniversaire de l’organisation cet été, Lorraine a dirigé le CFC à travers un processus de croissance et de spécialisation dans des thèmes tels que l’innovation technologique, l’énergie renouvelable, l’égalité des genres et les droits des Autochtones. Avant de travailler avec CFC, Lorraine a travaillé comme coopérante pour CUSO au Nicaragua pendant quatre ans pour promouvoir les droits territoriaux et l’autonomie gouvernementale avec les peuples autochtones Miskito et Mayagna de la réserve de biosphère BOSAWAS. Lorraine est titulaire d’un baccalauréat en études autochtones de l’Université de l’Alberta et a déjà travaillé avec les Cris de Little Red River sur la cartographie culturelle et la recherche sur la gestion des terres.

Ariane-Émond_credit-Isabel-Rancier
Ariane Émond, Journaliste indépendante et animatrice

Animatrice chevronnée et auteure, Ariane Émond a été animatrice, commentatrice et reporter à Radio-Canada pendant 25 d’ans, ainsi qu’à Télé-Québec (1974-1987), et chroniqueuse au Devoir (1990 à 1995), à Alternatives (2001 à 2008). Elle a beaucoup travaillé en cinéma documentaire et a remporté plusieurs prix pour son travail en journalisme ou au cinéma. Cofondatrice du magazine féministe d’actualité La Vie en rose (1980-1987 ), elle a publié notamment, Les Ponts d’Ariane (VLB), et Les Auberges du cœur : L’art de raccrocher les jeunes (Bayard Canada), en collaboration avec la photographe Dominique Lafond. Son intérêt pour les questions culturelles et sociales ( inégalités, discrimination, éducation, enjeux des villes) traverse son engagement. Commissaire à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) de 2008 à 2021, elle continue de faire des mandats en consultation publique. Vice-présidente du Théâtre Outremont, elle est aussi, depuis 15 ans, marraine de la fondation 60millionsdefilles.org qui soutient des projets structurants qui facilitent l’éducation des filles là où elles sont les plus marginalisées. Depuis une dizaine d’années, elle soutient, avec d’autres personnalités, la campagne du Coquelicot blanc initié par le Collectif Échec à la guerre.

IMG_1675
Kevin Lopuck, Président, Manitoba Social Sciences Teachers' Association

Kevin Lopuck, M.Ed., est actuellement chef du département des études sociales à la Lord Selkirk Regional Comprehensive Secondary School de Selkirk, au Manitoba. Au cours des 20 dernières années, il a enseigné une grande variété de cours de sciences sociales dans les programmes d’immersion en anglais et en français. Kevin a obtenu son baccalauréat en éducation de l’Université du Manitoba en 2001 et a terminé sa maîtrise en éducation avec une concentration sur l’étude des programmes d’études en 2018. Sa thèse était un travail qualitatif et phénoménologique axé sur sa mise en œuvre du programme d’études de 12e année de la province du Manitoba intitulé « Les enjeux mondiaux: Citoyenneté et durabilité » (traduction livre). Kevin est l’actuel président de la Manitoba Social Sciences Teachers’ Association et est membre exécutif du Social Studies Educators Network of Canada.

Patrice_Labelle
Patrice Labelle, Directeur, École élémentaire La Mosaïque, Toronto

Patrice Labelle détient un baccalauréat en enseignement au préscolaire et en enseignement au primaire de l’UQTR et un diplôme de 2e cycle en administration scolaire de l’université de Sherbrooke. Il est actuellement directeur de l’école élémentaire de langue française « La Mosaïque » de Toronto qui est une école candidate au réseau international des écoles associées à l’UNESCO et une école certifiée ÉcoÉcoles Canada (platine). M. Labelle cumule plus de 30 années dans le milieu de l’éducation au Québec et en Ontario. De 2017 à 2020, alors directeur de l’école Madeleine-de-Roybon de Kingston, il a contribué par son leadership à ce que l’école devienne la première école francophone de l’Ontario à s’associer au réseau des écoles associées à l’UNESCO. Il consacre ses dernières années de carrière à permettre aux élèves de devenir de petits citoyens sensibles aux enjeux mondiaux actuels et prêts à changer le monde, une action à la fois.

Tamara C Larson Photo
Tamara C. Larson, Éducatrice et Présidente national, Peace Literacy Canad

Tamara C Larson est une éducatrice, une leader communautaire, un mentor et une visionnaire qui a à cœur de servir. Ayant grandi dans un foyer où il y avait une entreprise familiale, elle a développé un esprit d’entreprise qui se reflète dans tout ce qu’elle fait. Convaincue de l’importance de l’apprentissage tout au long de la vie, Tamara est titulaire d’un baccalauréat ès arts de l’Université de l’Alberta et d’une maîtrise en élaboration de programmes d’études de l’Université St. Xavier de Chicago. Les droits humains et la consolidation de la paix sont à l’avant-plan de tout ce qu’elle fait. En juin 2021, Tamara a lancé Peace Literacy Canada – une organisation nationale axée sur l’éducation à la paix pour les apprenants de tous âges. https://peaceliteracycanada.org. En janvier 2022, Tamara a lancé Grow Leaders, un cabinet d’experts-conseils qui offre des expériences de développement du leadership inspirantes et engageantes pour les apprenants à vie qui continueront à bâtir des communautés fortes en travaillant en partenariat avec Peace Literacy Canada. https://growleaders.ca. Tamara a eu l’honneur d’être nominée pour le prix Tallberg-SNF-Eliasson Global Leadership Prize et elle a reçu le titre de Rotarien de l’année 2017 -2018 du district 5370 pour son travail en tant que responsable Jeunesse. En travaillant ensemble, Tamara est convaincue que nous pouvons parvenir à une paix positive et à un travail sûr et équitable pour tous.

Roy Pic 2022
Roy Norris, Enseignant de soutien à l'apprentissage à la division scolaire Louis Riel, Winnipeg

Roy Norris est un père, un mari, un oncle, un cousin et un fils. Au-delà de ces rôles essentiels, il soutient professionnellement les enseignant-e-s qui s’intéressent à la littératie, à la numératie, à l’éducation artistique et au leadership en éducation. En tant qu’enseignant de soutien à l’apprentissage au sein de la division scolaire Louis Riel à Winnipeg, Roy soutient de nombreux enseignant-e-s et administrateurs-trices scolaires dans les 40 écoles de la LRSD. Les recherches de Roy sur les façons dont les enseignant-e-s du secondaire pensent à l’avenir ont montré que les enseignant-e-s optimistes et pleins d’espoir sont mieux placés pour aider les élèves à faire face à la complexité de notre époque. Roy est diplômé de l’Université de Brandon, de l’Université de Lethbridge et de l’Université de Calgary, où il a obtenu un doctorat en éducation avec une spécialisation dans les programmes et l’apprentissage en 2017.

Hannah Slomp
Hannah Slomp, Enseignante au secondaire, l'île de Vancouver

Je m’appelle Hannah Slomp. Je suis enseignante au secondaire et je vis sur l’île de Vancouver. Je suis née aux Pays-Bas et j’ai été élevée par deux parents agriculteurs très consciencieux sur le plan social. Ma mère a participé à la création de la première section rurale d’Amnistie Internationale en Alberta et j’ai participé à des write-a-thons dès mon plus jeune âge. Dans la vingtaine, j’ai eu la chance de pouvoir voyager à peu de frais ce qui a fait naître en moi un amour profond des autres cultures. Grâce à mon baccalauréat ès arts, avec une majeure en anglais, j’ai pu apprécier les œuvres littéraires d’auteurs internationaux. Ma mineure en religions du monde a ajouté une nouvelle couche de compréhension culturelle à ma vision du monde. Ma licence en éducation m’a ensuite permis d’apporter mon amour de l’apprentissage, de l’histoire, de la littérature et de la justice sociale dans la salle de classe. Je me souviens régulièrement de mes privilèges et de la façon dont ils peuvent affecter ma vision du monde. Grâce à de nombreux enseignants merveilleux, je continue à apprendre sur le racisme systémique et la discrimination sexuelle, ce qui influence mon travail en classe et ma vie quotidienne.

Jeanne-Marie_Rugira
Jeanne-Marie Rugira, Professeure-chercheure au Département des Psychosociologie et Travail Social à l’Université du Québec, Rimouski

Jeanne-Marie Rugira est une Québécoise d’origine rwandaise. Elle vit à Rimouski depuis maintenant 29 ans. Elle est professeure-chercheure au Département de psychosociologie et travail social de l’UQAR à l’Université du Québec. Docteure en sciences de l’éducation, elle s’intéresse particulièrement aux enjeux éthiques de l’éducation en contexte de violence et de souffrance ainsi qu’à l’accompagnement des processus de résilience individuelle et collective. Sa pratique de formation, de recherche et de consultation dans les organisations se trouve à la croisée des chemins des histoires de vie, de l’éducation somatique et des approches féministes, basées sur le dialogue et interculturelles. Elle est aussi poétesse et féministe décoloniale engagée et consultante.

Rosalinda-Hidalgo
Rosalinda Hidalgo, Anthropologue et activiste pour la défense des fleuves au Mexique et en Amérique latine

Mexicaine d’origine, avec des études supérieures en développement rural, le travail militant de Rosalinda s’est concentré sur l’accompagnement des organisations et des mouvements paysans dans la défense de leur territoire contre les projets hydroélectriques ou miniers par le biais de l’éducation populaire. Elle a été membre active de réseaux nationaux tels que le Mouvement mexicain des personnes touchées par les barrages et en défense des rivières et des personnes touchées par l’industrie minière (REMA), et du Mouvement des personnes affectées par les barrages en Amérique latine (MAR).

Depuis 2019, elle est collaboratrice du Comité des droits humains pour l’Amérique latine de Montréal (CDHAL), et est actuellement responsable des actions urgentes de cet organisme. Elle est également membre du comité des femmes de l’Association des travailleurs et travailleuses d’agence de placement (ATTAP) et est maman.

Therese Kulungu Mbungu
Thérèse Kulungu Mbungu, Présidente de la Marche Mondiale des Femmes, République Démocratique du Congo

Maître Thérèse KULUNGU Mbungu détient une Licence en Droit de l’Université de Kinshasa(UNIKIN) ; Option Droit Privé et Judiciaire et elle est avocate en République démocratique du Congo. Elle est également Présidente de la Marche Mondiale des Femmes en RD Congo, Coordinatrice Nationale du Groupe de Travail sur la Justice Transitionnelle en RD Congo et, entre autres engagements citoyens, elle est présidente de l’ONG Encadrement de la Jeune Fille/Femme Désœuvrées en milieu Rural (EJFR) et du RODECOM, le Réseau des ONG de Développement communautaire. Elle cumule de nombreux autres mandats et expériences qui témoignent de son indéniable engagement envers la paix et la justice. En outre, elle œuvre comme consultante à la Fondation Panzi-RDC (Fondation du Prix Nobel de la Paix 2018) où elle a été, à ce titre, représentante du Prix Nobel de la Paix 2018 à Kinshasa ; et comme Coordinatrice ‘Chemin de la paix’, Lutte contre l’impunité des crimes internationaux, Projet Rapport Mapping. Me. Kulungu Mbungu a également travaillé comme Gender Assistant et Administrative Assistant à l’Office of Gender Affairs à la Mission de l’Organisation des Nations Unies au Congo (MONUC). Elle est l’autrice de plusieurs publications et recherches sur la construction de la paix, les droits humains et la justice transitionnelle, dont le récent ouvrage « Les piliers de la justice transitionnelle, cas de la RDCongo » (Paris, Villeneuve, Fédération de Femmes pour la paix, 2019).

WhatsApp Image 2020-11-16 at 8.48.20 AM
Remie Abi-Farrage, Agente de programme principale — Programmes mondiaux, Fonds Égalité

En tant qu’agente de programme des programmes mondiaux au Fonds Égalité, Remie (elle) soutient les stratégies d’octroi de subventions et d’accompagnement des partenaires de l’organisation. Remie a une grande expertise dans le travail avec les organisations de justice sociale, jeunesse et féministes, en particulier au Moyen-Orient – une région qui lui est chère, puisqu’elle est originaire du Liban et qu’elle a visité et vécu dans la région pendant des années. Remie est profondément liée aux mouvements féministes et jeunesse à l’échelle mondiale, et possède une expérience locale et internationale précieuse dans la philanthropie pour les droits humains, le plaidoyer, la programmation et l’organisation en faveur de la justice sociale. Remie croit au transfert du pouvoir par le biais d’un financement de base flexible et au respect de l’autonomie et du travail des organisations et groupes locaux, en tant que principaux agents de mise en œuvre, tandis que les organisations donatrices agissent en tant que facilitatrices. Lorsqu’elle ne travaille pas, Remie aime explorer la nature avec son bébé poilu, faire du yoga, cuisiner, s’engager dans des discussions passionnées avec des amis, ou se gaver de séries sur Netflix.

Mamoudou Gazibo, Professeur titulaire au Département de science politique de l’Université de Montréal

Mamoudou Gazibo (Doctorat, Université Montesquieu-Bordeaux IV, 1998) est professeur titulaire au Département de science politique de l’Université de Montréal. Il a dirigé le comité de rédaction de la Constitution du Niger en 2010 et présidé entre 2014 et 2016, la section 44 de l’Association américaine de science politique (APSA). Ses travaux portent sur la démocratisation, les réformes institutionnelles, la coopération sino-africaine et la problématique de l’émergence africaine. Il a publié une dizaine de livres chez des éditeurs du Canada, des États-Unis, de France et de Grande Bretagne. On peut citer entre autres, Repenser la légitimité de l’État africain à l’ère de la gouvernance partagée, Québec, PUQ (2017); Growing Democracy in Africa: Elections, Accountable Governance and Political Economy, Cambridge Scholars Publishing (2016) et Neopatrimonialism in Africa and beyond, Routledge (2012). Il a en outre publié une soixantaine d’articles et chapitres sur les questions mentionnées ci-dessus. Il développe actuellement une base de données et un index de l’émergence en Afrique au sein du Pôle de recherche sur l’Afrique et le monde émergent (PRAME) qu’il dirige.

Umair Ahad, Fondateur, Pamir Canadian Multiculturalism Council

Umair Ahad est le fondateur du Pamir Canadian Multiculturalism Council, un organisme sans but lucratif qui offre des services dans les domaines de l’éducation, de l’environnement, de la gestion de projets/programmes, de la réinstallation des réfugiés, et du militantisme social et LGBTQ+ à l’échelle nationale et internationale. Umair est également un ancien directeur adjoint de l’Agence de protection de l’environnement du gouvernement pakistanais. Il est lauréat du prix Northern Lights Volunteers du gouvernement de l’Alberta. Son travail bénévole consiste à éduquer la communauté sur différentes questions telles que l’environnement, la toxicomanie, le racisme, les personnes LGBTQ+, les droits humains, le soutien et le travail en faveur du multiculturalisme. Umair joue un rôle de bénévole dans la gestion des urgences au sein de la Croix-Rouge canadienne (intervenant lors de sinistres individuels) et il est ambassadeur de la paix pour le Canada auprès de Global Peace Chain. Umair est également membre et bénévole de l’Association des Nations Unies du Canada et directeur des relations publiques internationales de Global Alliance Canada.

Bev Carrick
Bev Carrick, Directrice générale – Embrace International Foundation

Bev Carrick possède 45 ans d’expérience internationale dans le domaine de l’aide humanitaire, du relèvement après les conflits et des programmes de développement durable. Son expérience à l’étranger a été axée sur l’Amérique centrale et l’Afrique. En 1984, Bev a cofondé CAUSE Canada, où elle a travaillé pendant 36 ans. La formation de Bev est en santé publique (baccalauréat) et en leadership (maîtrise), bien qu’elle ait également une expérience significative en éducation, genre et microfinance. Bev et son mari ont cofondé la Embrace International Foundation en 2017. L’organisation met l’accent sur l’optimisation du potentiel des enfants vivant avec un handicap. Elle mène actuellement des recherches en Ouganda grâce à une subvention du Fonds pour l’innovation et la transformation. Le projet mesure l’impact de l’apprentissage en ligne chez les étudiantes et étudiants ougandais en milieu rural.

277993204_1143828646372174_3205492914983689003_n
Asa Coleman, Étudiant à la maîtrise, Sciences politiques, Université de Guelph

Asa Coleman (il/lui) est étudiant à la maîtrise en vue d’obtenir un diplôme en sciences politiques à l’Université de Guelph. Son domaine de spécialisation est le développement international, ses recherches portant sur l’éducation dans la communauté inuite du Nunatsiavut.

Bill-Fairbairn
Bill Fairbairn, Directeur de programme pour l’Amérique latine, Inter Pares

Bill Fairbairn est diplômé de l’Université de Guelph, où il s’est spécialisé dans le développement international et la littérature française. Il s’est impliqué activement dans le travail de solidarité après avoir passé du temps avec des réfugiés argentins et chiliens fuyant les régimes militaires de leur pays à la fin des années 1970, et à la suite de ses études au Guatemala au début des années 1980, pendant la dictature de Lucas Garcia. Depuis lors, son travail s’est surtout concentré sur la défense des droits humains en Amérique latine et la promotion de la solidarité canadienne. Il a travaillé avec le Comité Inter-Églises sur les droits de l’Homme en Amérique latine (ICCHRLA), KAIROS, le Centre de recherche sur l’Amérique latine et les Caraïbes de l’Université York (CERLAC) et Horizons d’amitié. Bill a rejoint Inter Pares en 2011 et fait partie de l’équipe d’Amérique latine. Ses principales responsabilités sont liées au travail d’Inter Pares au Pérou et en Colombie. Bill a participé à de nombreuses missions d’observation électorale et a dirigé diverses missions d’enquête dans un plusieurs pays d’Amérique latine. Il est l’auteur de nombreux rapports sur les droits humains. Bill a également été bénévole auprès de plusieurs organismes, dont le Comité du sida de Toronto (ACT) et Peace Brigades International-Canada (PBI), en tant que représentant de ce dernier au Conseil international de PBI.

7E5C0097-94DB-4A10-A70E-BCFE8F7BBC2B
Rachel Barr, Responsable des opportunités et du leadership pour les jeunes, VIDEA

Rachel Barr est responsable des opportunités et du leadership pour les jeunes de VIDEA. Elle vit sur les terres traditionnelles des peuples parlant lekwungen avec ses plantes mourantes, qu’elle ne parvient tout simplement pas à maintenir en vie. Rachel a rejoint la famille VIDEA en 2015 en tant que stagiaire IYIP et a rejoint le personnel en 2018. Elle collabore à plusieurs programmes VIDEA, notamment les stages internationaux pour les jeunes autochtones et la programmation Journey from the Heart. Rachel se sent chanceuse de travailler dans un contexte local et international, aux côtés de ses amis, collègues et organisations partenaires, qui lui apprennent toujours de nouvelles choses sur les problèmes mondiaux qui nous relient tous. Vous pouvez surprendre Rachel en train d’écouter du reggae et de savoir que tout est tendance sur TikTok… les références à la culture pop sont sa spécialité.

Raymond Legault
Raymond Legault, Porte-parole du Collectif Échec à la guerre

Retraité de l’enseignement de l’informatique au niveau Cégep, Raymond Legault a depuis longtemps été interpellé par les enjeux de justice et de paix dans le monde, en particulier au Moyen-Orient. Préoccupé par le rôle souvent négatif du Canada sur la scène internationale – malgré l’image bienveillante qu’il cultive – il s’est notamment impliqué dans des actions de solidarité avec les peuples palestinien et irakien. Raymond Legault est un des porte-paroles du Collectif Échec à la guerre depuis sa création à l’automne 2002.

Sab
Sabrina Lefebvre, Enseignante, École La Mosaïque, Ontario

Mon parcours d’enseignante en France et en Ontario, a enrichi mon regard sur l’éducation en croisant des approches complémentaires. Maman de trois filles, ma vision de l’éducation est l’éveil des jeunes générations à la curiosité, l’expression, le bien-être et le respect de chacun et de la nature. Guider chacun des enfants à s’épanouir, prendre confiance en ses capacités dans un environnement de classe riche et chaleureux est le cœur de mon échange quotidien avec les enfants.

Catherine
Catherine Durot, Enseignante, École La Mosaïque, Ontario

Catherine Durot a commencé son parcours professionnel en tant que rédactrice et traductrice technique en France, avant de bifurquer vers l’enseignement. Elle a suivi une double formation en enseignement, tout d’abord en France, puis en Ontario, ce qui lui a permis de mesurer la différence entre les deux approches et de découvrir sa vocation et sa passion : l’enseignement en tant que discipline complète qui vise à développer le savoir-être autant que le savoir-faire. Catherine a travaillé pendant 10 ans pour le Conseil scolaire catholique Mon Avenir à Toronto, avant de rejoindre le Conseil scolaire Viamonde en 2017. Dans son temps libre, Catherine fait partie d’un ensemble vocal d’adultes francophones dans la région de Toronto, et elle anime également la chorale du cycle primaire à son école.

Processed with VSCO with b1 preset
Tanya St-Jacques, Enseignante à l’école Enfants-du-Monde du CSSMB, Montréal (LL.B., B.A., B.Éd.)

Je suis enseignante titulaire à l’école Enfants-du-Monde du CSSMB située à Montréal. J’enseigne à des élèves de 2e année du primaire. De plus, je suis instigatrice de l’OBNL Le Choeur des Altruistes qui est un collectif apolitique et altruiste de citoyens bénévoles et engagés sur quatre continents. Il est géré par un conseil d’administration qui a comme mission d’atteindre le cœur des gens par la voie de ses actions.

Yvette Jean-Jacques
Yvette Jean-Jacques, Directrice et enseignante, école Echo Dene, Fort Liard, Territoires du Nord-Ouest

Yvette Sasha Jean-Jacques est directrice à l’école Echo Dene du Conseil scolaire de division de Dehcho. Elle est une immigrante d’origine haïtienne qui a grandi à Calgary, en Alberta. Yvette a obtenu son baccalauréat en éducation de l’Université de l’Alberta, une maîtrise en leadership de l’Université de Gonzaga et un diplôme d’études supérieures en leadership scolaire de l’Université de l’Alberta. Sa vision est de recentrer résolument les connaissances autochtones. Elle vise à créer des expériences d’apprentissage stimulantes par le biais d’un cadre adapté à la culture. De plus, elle a travaillé à la décolonisation du système éducatif au cours des quatre dernières années. Elle a élaboré divers cours d’apprentissage rattaché au territoire. Plus récemment, elle a développé un programme de composition visuelle culturellement pertinent qu’elle enseigne actuellement à ses étudiant-e-s et qu’elle a mis en œuvre dans d’autres écoles du district. En juillet, elle sera la nouvelle coordonnatrice des programmes au bureau du conseil de district, lui permettant de changer la pédagogie, de transformer le programme d’études à l’aide d’un modèle d’apprentissage basé sur les territoires et d’influencer les politiques en vue de renforcer le pouvoir des étudiant-e-s autochtones. Elle cherche à éliminer les obstacles à la réussite scolaire et à mettre fin aux traumatismes générationnels cachés qu’ils subissent.

Robin_Neustaeter_300x400_web (002)
Robin Neustaeter, Professeure adjointe en éducation des adultes, Université Saint-Francis-Xavier

Robin Neustaeter est professeure adjointe en éducation des adultes à l’Université Saint-Francis-Xavier et professeure au Coady Institute. Son enseignement est axé sur la consolidation de la paix, la transformation des conflits, l’éducation des adultes, le leadership des femmes et le développement communautaire. Elle dirige le programme du Coady Institute sur la consolidation de la paix. Ses recherches portent sur l’apprentissage des femmes en matière de leadership dans le domaine de la consolidation de la paix et sur la consolidation de la paix menée par les citoyen-ne-s et fondée sur les atouts. Robin possède 20 ans d’expérience dans l’éducation communautaire et l’organisation pour la paix, le développement communautaire et la justice sociale dans plusieurs pays à travers le monde.

Gabrielle Rogers
Gabrielle Rogers, Enseignante et coordonnatrice de l’Alliance genre et sexualité

Gabrielle (elle) est enseignante au secondaire sur le territoire mi’kmaq de Riverview, au Nouveau-Brunswick. Elle enseigne le français, les études sociales et un programme interdisciplinaire. Elle est la coordonnatrice des enseignant-e-s pour l’Alliance genre et sexualité de l’école et travaille sur plusieurs projets liés à la diversité et à l’inclusion. Elle est la représentante du Nouveau-Brunswick pour l’éducation géographique canadienne. Gabrielle est passionnée par la création de milieux scolaires sûrs et propices pour tous les jeunes. Elle aime aussi cuisiner, faire de la fermentation et jardiner.

Screen Shot 2021-12-02 at 11.30.53 AM
Jessica Rumboldt, Professeure en justice pénale — baccalauréat en sciences sociales - Faculté des services sociaux et communautaires, Humber Institute of Technology & Advanced Learning

Jessica Rumboldt (elle) en est à la dernière étape de l’obtention d’un doctorat en études sur le genre, le féminisme et les femmes à l’Université York. Jessica possède une maîtrise en criminologie et en politique de justice pénale de l’Université de Guelph. Elle a également complété avec mention un baccalauréat en justice pénale et politique publique (avec des mineurs en sociologie et en études de la famille), et un diplôme en psychologie. Poussée par sa passion pour l’enseignement, Jessica a également complété un certificat de maîtrise en enseignement de l’anglais comme langue étrangère. Mettant à profit ses connaissances en criminologie et en sociologie, la recherche doctorale de Jessica explore le sexisme et le racisme systémiques dans un procès pour homicide impliquant une femme autochtone qui était travailleuse du sexe et qui a été victime d’un homicide. Jessica a travaillé dans des organismes sans but lucratif, dans des milieux gouvernementaux et postsecondaires, et a reçu le prix Visionnaire du lieutenant-gouverneur pour la réconciliation en 2017. Jessica espère explorer davantage son ascendance mi’kmaq et établir des liens avec la communauté de manière significative grâce à des expériences professionnelles et personnelles.

Moi-shooting
Julie Descheneaux, Doctorante en sexologie, l’Université du Québec à Montréal

Julie Descheneaux est doctorante en sexologie à l’Université du Québec à Montréal. Elle est éducatrice à la sexualité pour les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Elle se spécialise dans le développement et l’implantation des programmes pour une sexualité positive et inclusive. Elle participe en outre au développement des compétences professionnelles des sexologues et des enseignants depuis 2017, notamment en enseignant au 1er cycle et aux cycles supérieurs en sexologie à l’UQAM.

headshot
Nichelle Penney, Enseignante d’études sociales au secondaire, territoire non cédé du peuple Secwépemc (Kamloops, Colombie-Britannique)

Nichelle Penney (elle) est enseignante d’études sociales au secondaire sur le territoire non cédé du peuple Secwépemc, connu sous le nom colonial de Kamloops, et enseigne depuis neuf ans. En tant que colonisatrice hétérosexuelle et cisgenre, elle est déterminée à infuser du contenu autochtone et Queer dans tous ses cours et a récemment terminé sa maîtrise en éducation sur les programmes d’études et l’enseignement, dans laquelle son projet final a été la création d’un programme de santé sexuelle inclusif des personnes Queer pour les écoles secondaires. Nichelle est également membre active de sa communauté et de son syndicat, travaillant bénévolement à l’échelle locale avec Kamloops Pride, et travaillant à l’échelle provinciale pour défendre la justice pour les personnes handicapées.

Oscar-Benavides-Calvachi
Oscar Benavides Calvachi,  Coordonnateur général, Projet accompagnement Québec-Guatemala (PAQG)

Colombien, avocat de profession et spécialiste des droits humains et des études de genre, Oscar a entièrement consacré sa carrière professionnelle à la défense des droits humains à travers diverses institutions et de nombreuses expériences aux niveaux local, national et international. Entre autres, il a travaillé comme coordonnateur du bureau Vie, Justice et Paix – Droits Humains du Diocèse de Pasto en Colombie ; il a œuvré à fournir assistance juridique et à assurer le plaidoyer en soutien aux organisations de femmes victimes de déplacements forcés ; il a piloté la mise en œuvre et la coordination d’un programme de paix et de soutien aux femmes victimes de violence domestique au Brésil ; et il a assuré la gestion et la représentation légale d’une agence de développement international au Mexique.

Depuis 2020, Oscar est le coordonnateur général du PAQG, un organisme de solidarité basé sur l’engagement bénévole de militant.e.s des droits humains, dont la mission consiste à mener des actions de soutien à l’attention des défenseur.e.s guatémaltèques des droits civils, politiques, sociaux, culturels et économiques, victimes d’exactions. Au Québec, le PAQG mène des activités destinées à sensibiliser le public aux enjeux de la solidarité internationale et à favoriser la mobilisation et l’engagement.

Libertad Benito Torres
Libertad Benito Torres, Conseillère en genre, Équitas

Libertad a rejoint l’équipe d’Equitas en mars 2020 en tant que conseillère en genre. Elle a récemment travaillé pour le Centre d’études et de Coopération internationale ainsi que pour Entraide universitaire mondiale Canada comme conseillère régionale en genre et inclusion sociale, où elle a développé une grande expertise dans le renforcement des capacités en matière d’intégration de la perspective de genre et de l’approche intersectionnelle. Elle est diplômée en Science politique et droit et titulaire d’une maîtrise en Relations internationales et études féministes. Elle croit fermement à la justice sociale et à l’égalité des genres !

Inter-Council Network-Réseau de coordination des conseils